Maracanaç/zo Marcelin Chamoin Jérôme Lecigne Lucarne opposée

MARACANAÇ/ZO (Marcelin Chamoin & Jérôme Lecigne)

Paru le 11 décembre 2023 aux éditions Lucarne Opposée.

Le 16 juillet 1950, un match particulier se déroule dans l’enceinte du Maracanã, le flambant neuf stade de Rio de Janeiro garni par plus de 200.000 spectateurs. L’histoire a retenu que ce Brésil-Uruguay était la finale de la quatrième Coupe du monde, mais ce n’était pas tout à fait le cas. Brésiliens et Uruguayens se rencontraient pour un match décisif qui, en effet, devait déterminer l’équipe à qui sera remise la Coupe Jules-Rimet, mais ce match était le troisième d’une série de six disputée en format groupe.

La dramatique du Maracanã

Toujours est-il que tout le Brésil s’était donné rendez-vous pour ce match et surtout la fête qui devait suivre la victoire finale. Le peuple brésilien avait toutefois négligé un détail. Son équipe était opposé à un adversaire, et celui-ci comptait bien remporter la rencontre, même si personne ne l’envisageait vraiment.

Quatre vingt dix minutes plus tard, un silence paralysa le Maracanã. L’Uruguay s’était imposé 2-1 et priva le Brésil du triomphe qu’il s’était promis.

Pour le Brésil, cette rencontre est restée dans l’histoire comme le Maracanazo, qui sonne comme une tragédie nationale. Pour l’Uruguay, il s’agit plutôt du Maracanaço, synonyme de triomphe et de fierté nationale.

Version Brésil et version celeste

Deux journalistes du site Lucarne Opposée ont entrepris d’écrire l’histoire de cette finale : Marcelin Chamoin, spécialiste du football brésilien, et Jérôme Lecigne, spécialiste du football uruguayen. Chacun de leurs récits prend consciemment ou non le parti d’un camp, d’un pays. Leurs histoires se suivent, se rejoignent, s’opposent, se confrontent. Chacune donne une vision de la rencontre historique, de la joie et du chagrin que son résultat provoqua.

Maracanaç/zo Marcelin Chamoin Jérôme Lecigne Lucarne opposée
A lire également :   LE FOOT A L'ECRAN (Gérard et Julien Camy)