François Thébaud, Coupe du monde, miroir du siècle

COUPE DU MONDE, UN MIROIR DU SIÈCLE (François Thébaud)

Paru le 10 novembre 2022 aux éditions Syllepse.

Une histoire de la Coupe du monde de football (1930-1998). Dans les années 1960, François Thébaud (1914-2008) était une plume incisive qui, à travers le Miroir du Football, s’opposait volontiers à l’autorité des rédactions de L’Équipe et France-Football.

En 1998, alors que se profilait la Coupe du monde organisée en France, le journaliste rédigea un essai sur l’évolution de la compétition majeure du football. L’ouvrage ne parait qu’aujourd’hui, en 2022, plus de quatorze années après la mort de son auteur.

En seize chapitres, un par tournoi entre 1930 et 1994, François Thébaud évoque l’épreuve sous un angle politique. Dans le dernier chapitre, celui où il imagine l’avenir de la Coupe du monde, il évoque le nationalisme, la décolonisation, la télévision, l’argent et le pouvoir de la FIFA.

Le livre se retrouve à la croisée de plusieurs histoires : celle de la Coupe du monde, bien entendu, mais également celle de la revue Miroir du football et de son rédacteur en chef. La revue est créée en 1960 autour de transfuges de Miroir Sprint. Elle s’affirme très vite « de gauche », étant publiée par les éditions J, liées au Parti Communiste.

François Thébaud revendique cette étiquette de communiste… tout en la combattant. Les membres de la revue sont aux côtés des footballeurs en mai 1968 quand ceux-ci prennent d’assaut la Fédération Française de Football pour réclamer « un football aux footballeurs ».

Auteur en 1977 d’un ouvrage remarquable sur le roi Pelé, François Thébaud a toujours suivi la Coupe du monde avec intérêt, à la fois passionné par le jeu et inquiet des tournures qu’il prend parfois. L’idée d’une Coupe du monde disputée au Qatar n’aurait pas manqué de l’inspirer.

François Thébaud, Coupe du monde, miroir du siècle
  • « Coupe du monde – Un miroir du siècle (1904-1998) » de François Thébaud, présenté par Loïc Bervas (Syllepse 2022). 180 pages, 12,00 €.
A lire également :   LE GRAND MAX (Maxime Bossis et Emmanuel Faure)