Dominique Rocheteau "Foot sentimental"

FOOT SENTIMENTAL (Dominique Rocheteau)

Paru le 19 octobre 2023 aux éditions Le Cherche Midi

Parmi les joueurs de football qui courent encore dans nos souvenirs, Dominique Rocheteau tient le rôle de l’ange aux boucles brunes, le maillot vert collé sur le corps, les dribbles chaloupés qui ont tant manqués aux Verts un soir de finale à Glasgow.

On a soif d’idéal

Dominique Rocheteau, c’est le Saint-Étienne des années 1970, mais aussi le Paris Saint-Germain des années 1980, et le TFC à la fin d’une carrière empreinte de romantisme. Sans oublier l’équipe de France, 49 sélections, trois Coupes du monde disputées et au moins un but marqué à chacune d’elles, premier joueur français à réaliser un tel exploit juste avant que Michel Platini ne l’imite.

Le souvenir de Dominique Rocheteau va au-delà des performances et des résultats. L’Ange Vert comme on l’appelait, était un peu le maverick du foot français. On le rapprochait de George Best, Stan Bowles, Rodney Marsh et quelques autres dans l’imaginaire d’un football plus rock’n’roll. A ceci près que Rocheteau ne défrayait pas la chronique en dehors du terrain, où il faisait preuve d’une correction remarquable. Il n’en fut pas moins le premier footballeur français à qui le magazine Rock & Folk consacra un article.

Sa carrière terminée, on l’imaginait se tourner vers la musique ou encore le cinéma. Certes il participa occasionnellement à un film de Maurice Pialat, mais il resta attaché au football. Il fut agent de joueur, le métier le plus éloigné de l’idée qu’on se faisait de Dominique Rocheteau. Il fut aussi directeur sportif de l’ASSE, mais aussi président d’un comité d’éthique qui semblait en revanche avoir été créé pour lui.

On m’appelait l’ange vert

En 2005, Dominique Rocheteau avait publié une autobiographie, « On m’appelait l’ange vert » aux éditions Le Cherche Midi. Dix-huit ans plus tard, alors qu’il goûte à une paisible retraite, Rocheteau a repris la plume pour le même éditeur pour un ouvrage au titre parfait : « Foot sentimental« .

Car Dominique Rocheteau a toujours conservé sa soif d’idéal. L’idée d’un jeu merveilleux qui ne devrait envoyer que des messages positifs. C’est pourquoi il tenait à évoquer la violence dans le football et dans les stades, l’omniprésence de l’argent, la pression médiatique, des maux auxquels il oppose les émotions que procure le football, la ferveur des supporters, l’engagement des bénévoles, le combat des footballeuses.

La couverture semble avoir été pensée comme une vignette Panini, avec un jeune Rocheteau aux boucles brunes fixant l’horizon avec un regard un peu désenchanté mais malgré tout confiant. Un image nostalgique pour un regard tourné vers l’avenir.

Dominique Rocheteau "Foot sentimental"
A lire également :   BALLES AU CENTRE (Tony Vairelles)