Jules Rimet (Jean-Yves Guillain)

L’ŒUVRE DE JULES RIMET (Yves Guillain)

Ouvrage paru le 4 février 1998 aux éditions Amphora.

Le nom de Jules Rimet est internationalement connu mais les biographies sur l’homme restent assez rares. En 2008, Laurent Lasne avait publié “Jules Rimet, la foi dans le football” chez Le Tiers Livre, devenu si rare qu’il n’est accessible qu’à un prix exorbitant. « Le journal de Jules Rimet » de Renaud Leblond, paru en 2014 aux éditions First, est tout aussi rare. Mieux vaut se rabattre sur “La Coupe du monde de football, l’œuvre de Jules Rimet”, publié chez Amphora à l’occasion de la Coupe du monde 1998 et signé Jean-Yves Guillain.

L’homme qui inventa la Coupe du monde

La création de la plus populaire des épreuves sportives mondiales n’est pas le seul fait d’armes de Jules Rimet. On doit aussi au célèbre dirigeant français la création d’un club de football réputé, le Red Star (1897), une incessante activité au sein de l’USFSA qui aboutira à la création de la FFF dont il sera le premier président (1919), et bien entendu la présidence de la FIFA pendant plus de trente ans (1921-1954), qui lui donnera l’occasion de couver sa création et de la voir grandir.

L’ouvrage de Jean-Yves Guillain, richement illustré et préfacé par Joao Havelange, alors président de la FIFA de 1974 à 1998, nous permet de découvrir l’enfance du futur dirigeant, ses premières années à Theuley où il est né le 24 octobre 1873, un village près de Vesoul qui comptait alors quelque trois cent habitants (il n’en compte qu’une centaine aujourd’hui – et ils n’étaient qu’une soixantaine en 1998).

Jules Rimet a été élevé dans le respect des valeurs chrétiennes et patriotiques, la défaite de 1870 étant encore dans tous les esprits. Rapidement, ses parents quittent la Haute-Saône pour s’installer à Paris. Jules les rejoindra après sa première communion. C’est dans le quartier du Gros-Caillou (VIIe arrondissement) qu’il découvrira les joies du football, tout en poursuivant des études qui le mèneront au métier d’avocat.

Une foi dans le football

Le futur dirigeant fait preuve d’une activité débordante. Mû par ses convictions religieuses, il crée une Union sociale afin de venir en aide aux plus démunis. Le club de football qu’il a créé porte également des valeurs humanistes en s’ouvrant aux jeunes des familles pauvres. Il se rend compte qu’à défaut d’être un grand footballeur, il se montre particulièrement habile dans la gestion, l’organisation et le leadership.

Des qualités qu’il met au service du football, aussi convaincu que Coubertin que le sport rapproche le monde et peut mettre fin à toutes les guerres. Promu lieutenant d’infanterie pendant la Première guerre mondiale, il parvient à porter un projet vieux de quelques années, convaincu du caractère universel du football lors des Jeux de Paris en 1924 que remportèrent une brillante équipe d’Uruguay.

Devenu un fin politique et l’interlocuteur des chefs d’État, son nom sera soumis au Prix Nobel de la Paix. Le livre de Jean-Yves Guillain se veut être un hommage, ce qui exclut évidemment toute critique sur l’œuvre du célèbre dirigeant français. Le récit est nettoyé de toute zone d’ombre qui lui donnerait une plus grande neutralité. Il n’en reste pas moins un ouvrage de qualité.

Jules Rimet (Jean-Yves Guillain)
  • « La coupe du monde de football, l’œuvre de Jules Rimet » de Jean-Yves Guillain (Amphora, 1998). 125 pages, 190x269mm, ISBN : 978-2851805027. Disponible dans toutes les bonnes bouquineries.
A lire également :   LE MATCH DE LA MORT (Pepe Gálvez & Guillem Escriche)