Petit-Breton, gentleman cycliste (David Guénel)

PETIT-BRETON, GENTLEMAN CYCLISTE (David Guénel)

Biographie parue le 30 avril 2020.

De tous les champions des premières années du Tour de France, c’est le nom de Petit-Breton qui revient le plus fréquemment à l’esprit. Lucien Mazan, de son vrai nom, est le premier cycliste a remporter deux fois la grande boucle (1907 et 1908). Il est aussi le premier vainqueur de Milan-San Remo et s’imposera dans quelques classiques tels Paris-Tours et Paris-Bruxelles.

Pionnier du Tour de France

Natif de Plessé, un village à une cinquantaine de kilomètres de Nantes, aux portes de la Bretagne, Lucien Petit-Breton connaitra une vie riche, mais courte, celle-ci ayant pris fin sur le front de la guerre 1914-18 à l’âge de 35 ans.

Passionné de cyclisme et vivant à Nantes, l’auteur David Guénel, correspondant sportif de Presse Océan, s’est lancé sur les traces du seul champion nantais inscrit au palmarès du Tour de France. Il raconte avec détails une enfance en grande partie passée en Argentine, alors eldorado pour son père et de nombreux Européens de l’époque.

Devenu groom dans un hôtel de luxe à Buenos Aires, le jeune Lucien se prend de passion pour le vélo, d’abord moyen de locomotion pratique pour se rendre au travail, puis machine de compétition qui lui permet de gagner un peu d’argent, même s’il doit se cacher derrière un pseudonyme pour ne pas éveiller les soupçons de sa famille.

Victoires d’étapes à Nantes

A vingt ans, Lucien Mazan dit « Petit-Breton » se rend à Paris où le cyclisme attire un nombreux public et où une carrière professionnelle est envisageable. Il se fait un nom (du moins un surnom) sur les pistes des vélodromes, puis s’engage sur les courses sur route. Il est un pionnier du Tour de France et devient l’une de ses figures majeures. A chacun de ses Tours victorieux, Petit-Breton met un point d’honneur à remporter les étapes qui se terminent à Nantes.

David Guénel s’attache à décrire la personnalité du champion, un professionnel méticuleux doté d’un très fort caractère qui pouvait le pousser vers de terribles colères. Il était également instruit, son enfance à l’étranger lui ayant permis de pratiquer plusieurs langues. Il appréciait le théâtre, la lecture et l’aviation, ayant même décroché un brevet de pilote.

Lucien Petit-Breton est mort dans un accident de la circulation du côté de Troyes alors qu’il était engagé au front. Le vélodrome de Nantes, inauguré en 1924, porte son nom.

Petit-Breton, gentleman cycliste (David Guénel)
  • « Petit-Breton, Gentleman cycliste » de David Guénel (auto-édition, 2020) – 148mm x 210mm – 276 pages. Disponible dans toutes les bonnes librairies.
  • Le livre a été traduit en Espagnol pour le marché argentin : « El pequeño Bretón » aux éditions Caballito de Acero (2022).

A propos de David Guénel et de Lucien Petit-Breton

A lire également :   900 MAILLOTS DES LÉGENDES DU CYCLISME (Greg)